logoministere - copie.jpg

 

À deux pas de chez moi, il y a une grande ferme biologique de 400 ha, la Bergerie de Villarceaux. Son exploitant, Olivier Ranke, a accepté que je photographie les travaux de sa ferme pendant un an. Le Ministère de l’Agriculture nous a ensuite accordé son haut patronage pour réaliser une exposition en plein air sur les terres de cette ferme, à une heure de Paris. Cette exposition photographique est un support pédagogique qui permet de mieux comprendre comment fonctionne une ferme biologique au fil des mois. Elle a été inaugurée en juin 2014 pour être toujours en place en 2019. Vous pouvez en voir les images dans la galerie ci-contre, mais surtout aller humer le bon air de la campagne pour voir les photos grandeur nature.

Une exposition sous le Haut Patronage du Ministère de l'Agriculture et de la forêt depuis 2014.

© ferme bio | Alexandre Sargos
© ferme bio | Alexandre Sargos

Bergerie de Villarceaux, Vexin, France. Ségolène Plessix est en stage sur les terres de la ferme pour l’Institut du Végétal Arvalis. Elle est ici entrain de relever des pièges à insectes dans un champ de poix.

© ferme bio | Alexandre Sargos
© ferme bio | Alexandre Sargos

Bergerie de Villarceaux, Vexin, France. Ségolène Plessix est en stage sur les terres de la ferme. Elle est ici entrain de relever des pièges à insectes. Le but est d'étudier le rapport entre insectes auxiliaires et ravageurs. Sans pesticides, une bonne connaissance du biotope est nécessaire en agrobiologie.

© ferme bio | Alexandre Sargos
© ferme bio | Alexandre Sargos

Bergerie de Villarceaux, Vexin, France. Avec le printemps, les moutons retournent enfin dans les prés. Olivier Ranke, ingénieur agronome, chef d’exploitation les y emmènent.

© ferme bio | Alexandre Sargos
© ferme bio | Alexandre Sargos

Bergerie de Villarceaux, Vexin, France. Avec l’arrivée des beaux jours, les vaches salers retrouvent les prés, et manifestement elles avaient hâte.

© ferme bio | Alexandre Sargos
© ferme bio | Alexandre Sargos

Bergerie de Villarceaux, Vexin, France. Avec l’arrivée des beaux jours, les vaches salers retrouvent les prés. Emanuel Boucher et Raphaël Drocourt, salariés de la ferme, installent un abreuvoir.

© ferme bio | Alexandre Sargos
© ferme bio | Alexandre Sargos

Bergerie de Villarceaux, Vexin, France. Un tracteur fane le foin. Cette opération consiste à retourner régulièrement le foin pour chasser l’humidité.

© ferme bio | Alexandre Sargos
© ferme bio | Alexandre Sargos

Bergerie de Villarceaux, Vexin, France. La ferme est autosuffisante pour alimenter ses deux troupeaux ovin et bovin avec son propre foin. Chaque année elle produit environ 400 tonnes de foins et 300 tonnes de pailles.

© ferme bio | Alexandre Sargos
© ferme bio | Alexandre Sargos

Bergerie de Villarceaux, Vexin, France. Voici venu le temps fort de l’été, les moissons. Un travail qui dure tard dans la nuit. Chaque année la ferme produit 500 à 600 tonnes de céréales, dont 250 tonnes de blé.

© ferme bio | Alexandre Sargos
© ferme bio | Alexandre Sargos

Bergerie de Villarceaux, Vexin, France. Voici venu le temps fort de l’été, les moissons. Un travail qui dure tard dans la nuit. Chaque année la ferme produit 500 à 600 tonnes de céréales, dont 250 tonnes de blé.

© ferme bio | Alexandre Sargos
© ferme bio | Alexandre Sargos

Bergerie de Villarceaux, Vexin, France. Voici venu le temps fort de l’été, les moissons. Un travail qui dure tard dans la nuit. Chaque année la ferme produit 500 à 600 tonnes de céréales, dont 250 tonnes de blé.

© ferme bio | Alexandre Sargos
© ferme bio | Alexandre Sargos

Bergerie de Villarceaux, Vexin, France. Voici venu le temps fort de l’été, les moissons. Un travail qui dure tard dans la nuit. Chaque année la ferme produit 500 à 600 tonnes de céréales, dont 250 tonnes de blé.

© ferme bio | Alexandre Sargos
© ferme bio | Alexandre Sargos

Bergerie de Villarceaux, Vexin, France. Voici venu le temps fort de l’été, les moissons. Un travail qui dure tard dans la nuit. Chaque année la ferme produit 500 à 600 tonnes de céréales, dont 250 tonnes de blé. À gauche Emanuel Boucher, salarié, et à droite, Olivier Ranke, ingénieur agronome , chef d’exploitation.

© ferme bio | Alexandre Sargos
© ferme bio | Alexandre Sargos

Bergerie de Villarceaux, Vexin, France. L’automne vient de commencer. Les vaches salers, vont bientôt rentrer à l’étable pour la saison froide.

© ferme bio | Alexandre Sargos
© ferme bio | Alexandre Sargos

Bergerie de Villarceaux, Vexin, France. L’automne vient de commencer. Les vaches salers, vont bientôt rentrer à l’étable pour la saison froide. Ici, Sophie, salariée de la ferme, compte les vaches salers.

© ferme bio | Alexandre Sargos
© ferme bio | Alexandre Sargos

Bergerie de Villarceaux, Vexin, France. Le tri des patates. La production annuelle moyenne varie entre 30 et 50 tonnes. Elles seront ensuite vendues pour la restauration collective.

© ferme bio | Alexandre Sargos
© ferme bio | Alexandre Sargos

Bergerie de Villarceaux, Vexin, France. Ici la récolte des tournesols. au milieu de l’automne. La production moyenne annuelle de tournesol varie entre 4 et 9 tonnes par an.

© ferme bio | Alexandre Sargos
© ferme bio | Alexandre Sargos

Bergerie de Villarceaux, Vexin, France. Ici la récolte des tournesols. au milieu de l’automne. La production moyenne annuelle de tournesol varie entre 4 et 9 tonnes par an.

1/2